Les expos à ne pas manquer cet automne

Leave a Comment

Ce mois-ci, vous n'avez pas pu passer à côté de la FIAC ou de la collection Chtchoukine à la Fondation Louis Vuiton. Les expositions phares de la rentrée comme Magritte et Rembrandt continuent quant à elles de faire des émules. Et bien, chez Graffink : lumière sur les galeries ! Au programme : le mythique Charles Burns et ses bandes dessinées trash et fascinantes, les installations lunaires et mystérieuses de Hans Op De Beeck et même une ribambelle d'artistes contemporains qui ont comme point d'accroche le papier. Cet automne promet d'être riche en découvertes...

·       Charles Burns | Galerie Martel | Jusqu'au 3 décembre 

Charles Burns est une figure mythique du comics américain, et particulièrement des bandes dessinées underground. "Black Hole" est l'un de ses best seller et raconte l'histoire d'une maladie qui contamine sexuellement les adolescents en leur faisant subir d'étranges mutations physiques. On lui connait aussi la trilogie "Toxic" qui compte les aventures d'un double parodique de Tintin, accro aux drogues. On est décidément loin de s'ennuyer avec ce cher Burns. Son trait graphique est aussi mis en avant dans de nombreuses expositions. Pour celle ci, vous pourrez découvrir ces deux derniers ouvrages "Vortex" et "Love Nest" qui ne sortent officiellement qu'en novembre mais dont vous pourrez vous procurer quelques exemplaires à la galere Martel. Sublime et angoissant à souhait.




·       Hans Op De Beeck "Saisir le silence" | Le 104 | Jusqu'au 31 décembre 

Le 104 a mis à disposition de l'artiste cinq petites salles soit cinq façons de nous montrer son univers à travers des installations, des sculptures, mais aussi des vidéos. Toujours à travers une atmosphère mystérieuse et une lumière quasi lunaire, Hans Op De Beeck parvient à nous happer dans une ambiance qui se rapprocherait presque de la réalité. Ses installations architecturales nous donnent en effet l'impression d'un arrêt sur image même si un élément reste toujours en action ; un feu de bois, de l'eau qui coule. C'est une belle façon de saisir le silence, apaisante et étonnante.





·       Jan Kalab "Pluriforme" | Galerie Openspace | Jusqu'au 12 novembre

Jan Kalab est un artiste issu du milieu du street art et de la génération des pionniers du graffiti. "Pluriforme" est sa première exposition personnelle en France. Comme son nom l'indique, il est question d'une multitude de formes, bien souvent sphériques, explorant sans cesse les notions de vide et de plein, de surface et de profondeur, de support et de projection. Tantôt aplaties et tantôt en mouvement, les œuvres de Jan Kalab prennent vie et soulignent une nouvelle forme de langage, abstraite et colorée.




·       Paperworks | Galerie Laurent Strouk | Jusqu'au 11 novembre

"Paperworks" est une exposition collective qui réunit vingt-huit artistes contemporains autour d'un ensemble inédit d’œuvres sur papier. Parmi eux, de grands noms comme Jean Michel Basquiat, Keith Haring, César ou encore Yves Klein. Chacun d'eux, par leur travail, met en lumière la diversité et la richesse de ce medium et dresse par la même occasion une sublime palette des courants majeurs de l'Histoire de l'Art. 




·       Jeremy Booth "The Simple Life" | Galerie Sergeant Paper | Jusqu'au 29 octobre 

Jeremy Booth est un grand amoureux de l'architecture et du design, alors quelle meilleure façon pour ce graphic designer que de nous le prouver par de belles illustrations. "The Simple Life" est une exposition qui rend hommage à l’architecture américaine des 50, une période où la tradition laissait place à la modernité et à un design plus lisse et contemporain. On vous en parle d'ailleurs plus en détails dans notre article dédié publié récemment.




·       Broll & Prascida "Camouflages" | Slow Galerie | Jusqu'au 12 novembre 



L'exposition "Camouflages" de Broll & Prascida a également fait l'objet d'un article plus approfondi publié sur le blog. Broll & Prascida, de son vrai nom Anne-Charlotte Laurant, a un style exotique et créatif qu'elle parvient à mettre en forme par des milliers de petits points. Adepte des jeux visuels et des métaphores, "Camouflages" vous invite à une subtile partie de cache-cache tropical. Une exposition poétique et malicieuse.




0 commentaires :

Enregistrer un commentaire