Extra Fantômes, à l'aube des nouveaux spectres

Leave a Comment


Après le succès retentissant de son exposition “Oracles du design” en partenariat avec le CNAM, la Gaité Lyrique nous plonge jusqu’au 31 juillet dans une toute autre dimension, ectoplasmique cette fois-ci. Exit les créatures étranges de l’au-delà, venez faire connaissance avec des fantômes qui sont à l’image de notre ère, contemporains et numérisés !

Pensée de manière immersive et ludique, l’exposition Extra Fantômes se découpe en quatre étapes durant lesquelles le visiteur a la possibilité d'interagir avec les œuvres lors de son parcours : les Ténèbres, la Chambre rouge, la Salle de contrôle et le Bunker.

Une fois rentré, l’obscurité de la première pièce vous assaille à tel point que vous ne savez pas vraiment où vous diriger, vous vous situez dans “les Ténèbres”. Votre petit leaflet fluorescent vous aidera à vous repérer dans ce couloir sombre et mystérieux où l’ambiance est rythmée par des installations interactives qui métamorphosent votre visage, vos mains afin peut-être de vous transformer vous-même en spectre numérisé.




Les Ténèbres s’ouvrent ensuite sur une pièce baignée d’un rouge saisissant où vous expérimenterez des univers parallèles. Cet espace intitulé “Aux frontières de l’inexplicable”, invoque l’illusion, l’invocation et les croyances. Pour illustrer cette thématique, un immense Oui Ja en bois, célèbre dispositif de spiritisme, est situé au centre de la pièce et à la disposition du visiteur. Prêt à invoquer l’au-delà ?



Nous quittons ensuite cette chambre rouge pour accéder à la salle de contrôle et tenter de mieux comprendre la vie secrète du monde numérique. A peine arrivé dans cet espace aseptisé, une caméra de surveillance a une drôle façon de vous accueillir puisqu’elle détecte votre visage et y associe les données qu’elle a pu recueillir sur vous. Avec cette technique de traçage pour le moins perturbante, peut-on alors parler de fantômes digitaux ? La question se pose devant tous ces dispositifs imperceptibles à l’œil nu mais qui nous traquent et nous surveillent au quotidien.



Terminez votre sacre du parfait fantôme numérique avec le Bunker, dernière salle que l’on peut voir comme une réponse à la salle de contrôle. Cet endroit aux allures punk-futuristes  veut vous apprendre à échapper à l’œil robotique grâce à des technologies innovantes et créatives : cape d’invisibilité, pack anti-trace ADN, et autre camouflage vous amèneront à renverser les codes et à dépasser la machine avant que celle-ci ne vous attrape.




Si la finalité de l’exposition n’est pas réellement de vous faire peur, elle vous donne en revanche l’opportunité de découvrir différentes œuvres contemporaines et numériques créées autour de la figure du fantôme et associées à notre culture numérique. Au sein de ce parcours immersif, chaque salle nous surprend et possède sa propre thématique mais un lien pourtant se dessine, celui de notre société, hantée par la technologie.

Pour prolonger votre visite, la Gaité Lyrique a mis en place une série d’ateliers qui vous en apprendront davantage sur les installations mises en place. Amusez-vous aussi à découvrir des phrases cachées sur la plateforme web dédiée à l’exposition.


ExtraFantômes, Jusqu’au 31.07.16 à la Gaité Lyrique
3 bis rue Papin, 75003 Paris

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire